Les mots et expressions, meilleurs ambassadeurs du français à l’étranger

Cinquième langue la plus parlée dans le monde, le français est une langue d’une très grande richesse. Les deux ouvrages dont nous parlons ci-dessous illustrent bien cette idée de richesse et font la promotion de notre langue.

La langue porte la coutume de son pays et de sa culture. Elle porte en elle le poids de notre civilisation et fait partie intégrante de notre patrimoine. Les mots influencent notre manière de penser.

La traductrice Maria Grazzini est l’auteur de Complètement idiome !, dictionnaire des expressions idiomatiques françaises. De nombreux ouvrages similaires existent déjà mais la particularité de Complètement idiome ! est de mettre une expression face à son équivalent dans d’autres langues. Ainsi, en traduisant littéralement de l’expression anglaise, notre « Courir sur le haricot » qui signifie l’agacement devient « Prendre la chèvre » chez nos voisins britanniques. En Italie, pour obtenir des aveux d’une personne, on ne « tire pas les vers du nez » mais on « crache le crapaud » ! D’autres exemples sont à découvrir ici, et bien sûr dans le livre !

couverturelivreidiome

Une langue évolue et s’enrichit, notamment en empruntant des termes à d’autres langues ou en les inspirant. Ainsi certains mots qui semblent étrangers ont une origine française et à l’inverse, des mots étrangers sont entrés dans notre langage courant.

Frank Resplandy livre dans L’étonnant voyage des mots français dans les langues étrangères de nombreux exemples permettant de voir la manière dont le français s’intègre aux vocabulaires des langues étrangères.
Les Américains ont par exemple adopté « déjà vu » dans leur langage courant sans aucun traduction. Le français a eu une grande influence dans certains pays de l’Est : l’acteur Alain Delon fait référence à un manteau trois-quarts en daim en Roumanie et devient Alen Delon en Russie pour désigner un bel homme présomptueux. Les Polonais ont également des termes inspirés du français. Un soutien-gorge pigeonnant se trouve là-bas sous le nom de « bardotka » en référence à l’actrice Brigitte Bardot. La visite du Général de Gaulle en Pologne en 1967 a laissé une empreinte forte. De cette visite, est né le « degolowka » pour parler… du képi !

 

couverturelivrevoyage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :