En immersion dans le cerveau des bilingues

De nombreuses études sont menées pour essayer d’identifier les mécanismes cognitifs dans l’acquisition des langues chez les bilingues. C’est grâce à une « souplesse » plus accrue du cerveau que cela est possible. Mais cela garantit-il un résultat tout au long de la vie ?

Nous le savons, les jeunes enfants ont une grande capacité d’acquisition du langage et peuvent passer très facilement d’une langue à l’autre. Et c’est certainement cette prédisposition qui fait que les bilingues, ou les polyglottes, peuvent « trier » les différents sons dans leurs têtes.

Les deux études mises en avant dans notre article utilisent le même procédé de test : des bilingues, ayant appris une seconde langue avant l’âge de 8 ans, écoutent des enregistrements de mots censés exister dans les langues ciblées, anglais et espagnol pour la première, français et chinois pour la seconde. En réalité, les mots n’existent pas mais ils sont prononcés dans l’intonation de la langue testée. Le résultat des études tend à montrer que les bilingues ayant appris très tôt une seconde langue adaptent leur mode de pensée pour décrypter et prononcer les mots entendus. Dans le cas contraire, ceux qui apprennent une nouvelle langue plus tardivement appliquent le seul « mode de prononciation » qu’ils connaissent dans toutes les langues qu’ils apprennent. Ce qui pourrait aussi expliquer la présence d’un accent lorsqu’ils parlent dans une langue étrangère, comme le fameux french accent, sujet d’un précédent article à (re)découvrir ici.

Le cerveau, véritable base de données linguistique

Ce résultat ne permet pas d’affirmer que l’enfant aura donc plus de facilités dans l’apprentissage d’une nouvelle langue tout au long de sa vie. Mais cette faculté d’apprentissage a néanmoins un impact au niveau du cerveau ! Si la langue est peu pratiquée voire oubliée, le cerveau garde en mémoire la langue maternelle. Et lorsqu’on le stimule dans ce sens, le cerveau réagit aux sons et tonalités restant de la petite enfance ! Bien évidemment, plus la pratique de la langue est stoppée rapidement, plus l’oubli et l’attrition du langage se manifestent. Mais une langue oubliée peut être retrouvée. Pour cela, il faudra réapprendre les bases et appliquer la recette habituelle, que nous évoquons régulièrement sur ce blog : cours de langues, pratique orale et lecture assidue pour une acquisition efficace.

Pour aller plus loin sur le sujet, pourquoi ne pas lire cet article ? Les plus curieux pourront également se pencher sur ce livre.

Sources :
– Huffingtonpost.fr
– Ladepeche.fr

Brain

un commentaire

  1. […] Je suis le cerveau humain. On parle beaucoup de moi sur le blog de Fréquences Langues. On y loue mes qualités d’adaptation et mes prédispositions pour l’apprentissage des langues étr…. On y met en avant ma capacité à emmagasiner et restituer les informations liées à une langue […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :